Retour sur l'enquête ESG 2019 de BNP Paribas Securities Services

Publié le 29/10/2019 - Jérôme Albessard
Les points à noter sur cette enquête réalisée auprès de 347 gestionnaires et détenteurs d’actifs :
  • 75% des investisseurs ont placé au moins 25% de leurs investissements dans des fonds ESG : gain de 27% par rapport à 2017
  • 62% des gestionnaires ont placé au moins 25% de leurs investissements dans des fonds ESG : gain de 9% par rapport à 2017 
  • 92% des détenteurs d’actifs et 90% des gestionnaires prévoient de placer au moins 25% de leurs investissements en ESG
 
Les raisons de cette croissance des investissements ESG : 
 
  • Performances à long terme
  • Amélioration image de marque et réputation
  • Maturité sur comment appréhender l’ESG
 
Des difficultés encore présentes : les données

Le critère Social est mal cerné par un manque de données. La seule véritable base de référence sont les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.
 
Le nerf de la guerre sont donc les données. Pour 66% des gestionnaires et des investisseurs, le manque de données est le principal frein à l’intégration de l’ESG. Du moins, la fiabilité des données car la quantité est là. Il existe donc un vrai problème de cohérence et de qualité freinant l’investissement dans les produits ESG.

Enfin, quant aux organisations elles-mêmes, il y a encore beaucoup à faire sur l’intégration des facteurs ESG : 23% des investisseurs déclarent que les ressources ESG « sont pleinement intégrées à l’ensemble de l’organisation. » Et « seules 26 % des personnes interrogées estiment que leur organisation est capable d’intégrer la stratégie ESG dans tous les aspects de ses opérations. »
Cependant les investisseurs sont prêts à intégrer plus d’ISR au sein de leur organisation avec des formations ou des recrutements issus d’Organisations Non Gouvernementales.
 
 
Jérôme Albessard Analyste de données / CM.